PROSIMAR

 

Quelles règles pour quels objectifs ?

Un insecte nuisible, c’est celui qui est inscrit sur une liste.
Le décret n°2017-595 du 21.04.2017 relatif au contrôle et à la gestion de certaines espèces animales et végétales (exotiques envahissantes) impose aux préfets la prise en charge de la destruction des nids de frelons asiatiques qu’il s’agisse du domaine public ou d’une propriété privée. Bravo, enfin!
La chenille processionnaire du pin est envahissante, mais pas exotique; l’ARS nous a écrit qu’elle n’est pas classée au titre de la santé publique, donc pas de lutte obligatoire. Et les prestations du réseau POLLENIZ préconisées aux particuliers par la mairie sont peu incitatives, dès lors que leur tarif augmente de 15 à 80% d’une année sur l’autre. Que nos élus fassent inscrire ce nuisible sur la liste règlementaire, pour en rendre la lutte publique obligatoire...

Un espace boisé protégé, c’est un espace classé EBC.
Un arbre peut être classé isolément, mais on sait comment certains savent porter atteinte à son état sanitaire, lorsqu’il gêne. La seule protection efficace, c’est le classement EBC dans le PLU: un déclassement est toujours un renoncement qui ne peut être envisagé que pour un motif grave et exceptionnel. L’environnement arboré est non seulement un facteur de cadre de vie pour « une ville où l’on vit en harmonie », mais aussi une contribution à la lutte contre le réchauffement climatique et à l’absorption du CO2, dans le cadre d’une gestion équilibrée et responsable.

Les dernières règles d’urbanisme: densifier l’habitat dans les « centralités » et ne pas consommer d’espace agricole.
Combinées aux règles de la loi SRU, et aux objectifs volontaristes a priori de construction de logements, ces règles conduisent à une conception urbaine minérale et peu aérée. L’approche générale sur des indicateurs nationaux ne doit pas être transposée au niveau local… Si on applique à la lettre ces règles idéologiques, il n’y a plus d’idées novatrices pour imaginer et construire le futur.

Raisonner dans un espace purement normé, transférer les compétences de la commune aux intercommunalités et métropoles (cf loi NOTRe) si friandes de règles, d’objectifs et d’indicateurs, y ajouter bientôt l’emprise de l’Intelligence Artificielle qui décide à notre place: nous n’aurons bientôt plus besoin ni d’élus locaux, pour nous représenter et nous administrer, ni d’associations pour nourrir la vie publique...

Souhaitons-nous d’agréables fêtes de fin d’année, et adressons-nous mutuellement les voeux de bénéficier encore longtemps du cadre convivial de calme et de verdure de Sainte-Marguerite

Alain Doré

Président

 

 

 

PROSIMAR17 Décembre 2017